De la poissonnerie à une galerie d’art: le destin incroyable de Franco Ndiba
Par: Sortir à Douala   le 17 septembre 2022
sortiradouala article
Dernière modification le 11 octobre 2022

Le 16 Septembre 2022, a eu lieu le vernissage du travail exceptionnel de Franco Ndiba à la célèbre galerie Annie Kadji Art Gallery à Douala.

Un débat intense pour commencer

Sous la modération de Louise Abomba, un panel était invité à réfléchir sur une question cruciale pour l’univers artistique camerounais: « Quel rapport peut-il y avoir entre la créativité et le marché de l’art? »

Justine Gaga (artiste) et Diane Audrey Ngako (Collectionneuse et Promotrice de Douala Art Fair) accompagnaient la star de la soirée Franco Ndiba.

Un désaccord profond s’est dessiné dans la salle sur le lien entre créativité et marché de l’art. Certains à l’instar de Justine Gaga défendaient l’idée d’une interdépendance mutuelle entre les œuvres artistiques et le marché. Ce dernier a besoin de la créativité des artistes pour exister tout comme un marché dynamique stimule la créativité des artistes.

Un courant mercantiliste s’est dessiné avec l’idée que l’artiste est un sujet du marché artistique et doit s’aligner les tendances pour vendre ses œuvres.

Zak Ndam n’est pas de cet avis. Car pour lui, il faut retenir que l’art africain par essence était déconnectée de toute valeur marchande. L’art Bantu était à l’origine un art de cadeaux et de sagesse qu’on offrait en signe d’hospitalité. Le père de la « spiriculture » nous a offert un exposé unique sur l’importance de la langue dans le processus de création des œuvres de l’esprit. Il invite les jeunes artistes à puiser dans les mots de nos langues l’essence de leurs travaux.

Bien que passionnant, il était temps au bout d'une heure de discussions de découvrir les somptueuses peintures de Franco Ndiba.

Le travail d’une vie: Franco Ndiba

Cette soirée riche en couleurs a été l'opportunité pour nous d'en apprendre un peu plus sur l'artiste et son univers. Rien ne prédisposait Franco à une carrière d'artistes de cet acabit.

En effet, le jeune Franco exerçait comme ouvrier dans une poissonnerie de la ville de Douala jusqu'à un passé récent. C'est un de ses amis artistes qui au regard de la qualité de ses productions qui va l'inciter à se explorer l'étendu de son talent. Débute ainsi un long travail de consolidation des acquis avec développement de nouvelles compétences.

L'exposition de ce soir marque ainsi l'aboutissement d'une carrière que rien ne présageait. L'artiste se souvient avec émotion du premier jour où il a vendu une œuvre à 150 000 F cfa, ce qui a constitué pour lui un tournant essentiel. Il se refuse toutefois à communiquer le prix de son œuvre la plus chère.

Introspection, un miroir pour l'âme

Des visages sans traits distinctifs, des personnages mis en situation, des couleurs vives: voici la recette du cocktail parfait qui singularise l'œuvre de Franco Ndiba. Les visiteurs venus nombreux ont pu admirer les pièces exposées. Ces dernières symbolisent toutes des symbolisent toutes des situations de vie auxquelles l'artiste a été confronté. Ivresse, enfant travailleur, cigarettes, nutrition quotidienne.. ce sont autant de mise en situations qui se donnent à découvrir au fil du pinceau de l'artiste.

L'exposition est GRATUITE et court jusqu'au 28 Octobre. Toutes les infos sur lieu sont ici ( Annie Kadji Gallery).

ExpositionartDoualapeinturedoualaartafricain
Commentaires ( 0 )